top of page

Bienvenue dans le monde marin de Guadeloupe


La Guadeloupe est riche d’une biodiversité marine exceptionnelle et abrite trois écosystèmes remarquables : les récifs coralliens, les herbiers de phanérogames et les mangroves. Interdépendants, ces milieux de vie ont été fragilisés ces dernières années par les activités humaines et le dérèglement climatique.


La mangrove, un écosystème humide propre aux régions tropicales.

mangrove Guadeloupe, étang bois sec Guadeloupe, puits à carbone, mangrove nurserie, mangrove et érosion littorale, menaces mangrove
Les mangroves sont des zones humides propres aux régions tropicales.

En Guadeloupe, les zones de mangrove sont réparties aussi bien en Basse-Terre qu’en Grande-Terre. Elles constituent l’architecture des paysages du Petit et Grand cul-de-sac Marin mais on en trouve dans la plupart des communes de l’île. Si elles sont un formidable rempart contre les houles cycloniques et l’érosion littorale, elles jouent également le rôle de puits à carbone pour nos émissions de CO2. Enfin, les mangroves tiennent lieu de nurserie pour de nombreuses espèces d’oiseaux, de poissons et de crustacés. Jusqu’alors peu visitées par les vacanciers, elles sont depuis une dizaine d’années davantage mises en valeur et offrent un cadre unique pour des excursions au cœur de nature tropicale de l’île. Ainsi, les amateurs peuvent désormais les découvrir en randonnées, en Stand Up Paddle, en kayak ou encore en bateau électrique. Ces moyens de déplacement doux et insonores permettent une approche idéale de la faune marine sans provoquer de dérangement. L’occasion de rencontrer des pélicans, des hérons, des frégates et bien sûr des centaines de crabes qui jouent à cache-cache dans les racines aériennes des palétuviers rouges.


Se laisser surprendre par les baleines à bosse

baleine Guadeloupe, sanctuaire AGOA, cétacés Guadeloupe, observation mammifères marins Guadeloupe, queue de baleine à bosse
Les baleines à bosse fréquentent les eaux de Guadeloupe de décembre à mai.

De décembre à mai, les eaux de Guadeloupe servent de cadre à l'accouplement des baleines à bosse. Profitant de ces eaux chaudes tropicales, les mammifères marins viennent ici se reproduire et mettre bas. Durant plusieurs mois, ils sont alors observables en mer, durant les sorties en bateau et même à terre tant elles s’approchent parfois des côtes ! Il faut dire que les cétacés bénéficient autour de la Guadeloupe d’un espace de jeu protégé dénommé Sanctuaire AGOA. Cette zone marine d’une superficie de 143 256 km² couvre toute la zone économique exclusive des Antilles françaises.

Seconde plus grande aire protégée de l’outre-mer, après le Parc naturel de la mer de Corail, en Nouvelle-Calédonie, ce sanctuaire accueille une trentaine d’espèces de cétacés.


S’immerger dans les réserves naturelles

Réserve naturelle de Petite-Terre, Réserve naturelle Guadeloupe, Ilets Pigeon Guadeloupe, préservation faune marine Guadeloupe
Le lagon de Petite Terre est une véritable invitation à un voyage hors du temps.

La Guadeloupe est riche de plusieurs réserves dont les îlets Pigeon, souvent appelés Réserve Cousteau en référence au célèbre commandant de la Calypso qui y a séjourné en 1959. Devenus réserve marine en 2009, les îlets sont aujourd’hui classés « cœur de Parc national de la Guadeloupe » et bénéficient d'un statut de protection parmi les plus importants selon les critères de l'Union internationale de Conservation de la Nature (UICN). Sous l’eau, ces sites préservés abritent une belle diversité corallienne et de gros spécimens de poissons. Mais à Petite-Terre et dans le Grand Cul-de-sac marin, d’autres réserves naturelles sont accessibles aux visiteurs. La pêche y est interdite, les activités encadrées et, à Petite Terre, le nombre d'excursionnistes réglementé. Une manière de sauvegarder ces écosystèmes fragiles et d’approcher la faune locale en douceur.

Ainsi, ces réserves naturelles offrent le privilège de pouvoir nager avec les tortues marines, de rencontrer de beaux spécimens de poissons parmi lesquels les mérous, les perroquets, les balistes ou encore les raies pastenagues ou léopard. Quant aux requins de récifs ou pointes noires, ils se laissent parfois apercevoir sans jamais représenter de danger pour les baigneurs ou plongeurs sous-marins.


Une impression de vie de Robinson

îlet blanc Guadeloupe, îlet Fajou Guadeloupe, oiseaux marins Guadeloupe, excursions Grand cul de sac marin Guadeloupe, tourisme Guadeloupe, vacances Guadeloupe
Les îlets du Grand cul-de-sac marin en Guadeloupe offrent des paysages hors du temps.

La Guadeloupe regorge également d’îlets tant dans le Petit que dans le Grand cul-de-sac Marin. Souvent déserts, abritant uniquement des oiseaux et des crabes, ils offrent une immersion hors du temps dans la vie rêvée d’un Robinson. Mais d’autres îlets, plus vastes, sont peuplés d’une mangrove sauvage dans laquelle il est difficile, voire impossible, de pénétrer. L’îlet Fajou est de ceux-ci et y poser un pied à terre invite à une escale enchanteresse entre eaux turquoise et forêt de palétuviers verdoyante.

Précieux et fragiles, ces espaces marins impliquent une visite respectueuse de la flore et de la faune présente.

Mariane Godoc






Comments


bottom of page