top of page
  • Photo du rédacteurCORAIBES BLOG

Sensibiliser les enfants pour toucher les parents

À Saint-Martin, Vincent Oliva est le responsable du Pôle Éducation et Sensibilisation de la Réserve naturelle. Depuis 2018, il intervient dans les établissements scolaires ou auprès des enfants défavorisés pour leur ouvrir les yeux sur l’environnement. Et leur donner envie de le préserver.


Pôle Éducation et Sensibilisation de la Réserve naturelle de Saint-Martin, sensibilisation à l'environnement, plantation de palétuviers, éducation à l'environnement, Saint-Martin, Guadeloupe
Vincent Oliva, responsable du Pôle Éducation et Sensibilisation de la Réserve naturelle anime de nombreux ateliers sur l'environnement.

Le pôle Éducation et Sensibilisation a vu le jour en 2018, mais a pris un véritable essor quand la Réserve naturelle de Saint-Martin a bénéficié en 2020, comme toutes celles de France, d’un financement du ministère de l’Environnement. Un poste à temps plein de responsable pédagogique est alors créé et Vincent Oliva peut enfin se consacrer pleinement aux interventions durant l’année scolaire. Ainsi, en 2021, 6688 personnes, dont 6400 enfants ont été sensibilisés sur 33 thèmes différents. Ce travail a d’ailleurs été plébiscité par le Rectorat des îles du Nord qui a attribué en juin dernier le Prix académique Éducation au Développement Durable 2021-2022 à la Réserve naturelle. Une véritable reconnaissance de ce rôle de référent Aire Educatives pour les îles du Nord.


Une île cosmopolite où les mauvaises habitudes ont la vie dure

Pôle Éducation et Sensibilisation de la Réserve naturelle de Saint-Martin, sensibilisation à l'environnement, plantation de palétuviers, éducation à l'environnement, Saint-Martin, Guadeloupe
C'est en ouvrant les yeux des enfants sur leur environnement que les mentalités pourront évoluer.

Mais à Saint-Martin, l'éducation à l'environnement est plus compliquée à mettre en place que sur d'autres territoires. L’île abrite en effet une société cosmopolite riche de près de 60 nationalités. Or, les nouveaux arrivants venus de Saint-Domingue, d’Haïti ou d’Amérique du Sud débarquent sur l'île saint-martinoise avec une grande méconnaissance de leur impact sur l'environnement. Ils ont ainsi tendance à jeter leurs déchets n’importe où alors que l’île dispose de poubelles, d’un système de ramassage et même de bornes de tri sélectif. "Cette population est peu sensibilisée à son environnement et aux bons gestes à adopter. Nous avons donc un véritable défi à relever pour provoquer une modification des comportements", souligne Vincent Oliva.


Un travail qui paie, des habitudes qui changent

Pôle Éducation et Sensibilisation de la Réserve naturelle de Saint-Martin, sensibilisation à l'environnement, plantation de palétuviers, éducation à l'environnement, Saint-Martin, Guadeloupe , observation des cétacés
Lors des sorties en mer, les enfants peuvent admirer les baleines à bosses. Et Apprendre à les protéger.

Heureusement, à force d'actions pédagogiques et de terrain, les habitudes et les mentalités évoluent. "Je croise souvent des enfants que j’ai sensibilisés au primaire. Arrivés au collège, ils ont déjà bénéficié de plusieurs ateliers sur l’environnement et ils ont réellement pris conscience que leurs gestes du quotidien avaient un impact direct sur le milieu naturel. Et le plus satisfaisant est de rencontrer leurs parents, qui me disent alors que leur enfant parle tous les jours d’environnement !" se félicite le responsable du pôle éducation de la Réserve naturelle. Il semble donc que sensibiliser les plus jeunes permette de toucher également les parents qui s’impliquent à leur tour davantage pour la préservation de l’île

Si tout n'est pas gagné, le rapport à l'environnement évolue chez les saint-martinois. Mais Vincent Oliva sait qu'il a encore du travail sur la planche. Ainsi, la relation des hommes à leurs déchets doit encore s'améliorer. Mais aussi, le respect de la règlementation notamment par rapport aux feux et barbecues sur les plages qui sont encore trop nombreux sur les sites de pontes des tortues marines. Enfin, en mer, de nombreux comportements doivent encore évoluer pour qu’on n'assiste plus à l'ancrage des bateaux dans les herbiers ou sur les récifs coralliens.

Mariane Aimar



Comments


bottom of page