top of page
  • Photo du rédacteurCORAIBES BLOG

Les secrets de la reproduction des coraux

La pleine lune du mois d'août marque pour les plongeurs de la Caraïbe la période la plus excitante de l'année : la tant attendue phase de reproduction des coraux. D'ici quelques jours, la plupart des espèces coralliennes relâcheront dans l'eau des millions d'œufs qui entameront un long processus pour créer de nouvelles colonies. Suivez-moi, je vous explique cette magie sous-marine.



Comment se reproduisent les coraux ?

Avant d'aller plus loin, il faut bien comprendre que les coraux sont des animaux marins (et non de simples rochers comme beaucoup le pensent) et qu'à ce titre, ils se reproduisent. Et contrairement aux humains, ils possèdent deux modes de reproduction différents.


La reproduction asexuée

Cette reproduction provient de la fragmentation naturelle d'une colonie qui se brise sous l'effet des vagues, d'une ancre de bateau ou d'un malencontreux coup de palme. Le morceau cassé a de fortes chances de mourir s'il tombe sur un substrat vaseux, par exemple, mais il peut aussi être disséminé par les vagues ou les courants sur des zones plus propices. S'il parvient à se fixer, il donnera alors naissance à une nouvelle colonie. Principal inconvénient de cette reproduction asexuée, la nouvelle colonie sera génétiquement identique au corail dont elle provient et incapable de se reproduire de manière sexuée.

Magazine préservation océan, Blog voyage et photo, Photographe sous marin martinique, guadeloupe, antilles, caraibes, Banque d'images poissons tropicaux, préservation coraux, espèces coralliennes, reportages caraibes, journaliste environnement, reproduction coraux, ponte des coraux
Ce morceau de corail corne d'Elan brisé par la houle est en train de reprendre vie tout doucement.

La reproduction sexuée

La reproduction sexuée des coraux a deux avantages principaux par rapport à la reproduction asexuée. En effet, elle permet non seulement la propagation des coraux dans de nouveaux espaces, mais assure également un fort brassage génétique. Pour la plupart des espèces de la Caraïbe, les scientifiques pensaient jusqu'à présent que cette reproduction se déroulait sur une très courte période, après la pleine lune du mois d'août et de septembre, quand les eaux sont les plus chaudes. Les observations s'étant multipliées ces dernières années, les chercheurs savent désormais que la période de ponte des coraux s'étale plutôt de juillet à novembre, mais avec toujours une fenêtre de tir très courte. Ainsi, la plupart des espèces pondent deux ou trois nuits d'affilée durant seulement quelques minutes. Autant dire que pour avoir la chance d'observer un tel phénomène, il faut s'y connaitre un peu avant d'organiser sa plongée !

Magazine préservation océan, Blog voyage et photo, Photographe sous marin martinique, guadeloupe, antilles, caraibes, Banque d'images poissons tropicaux, préservation coraux, espèces coralliennes, reportages caraibes, journaliste environnement, reproduction des coraux, ponte des coraux
Corail étoilé-lobé surpris en pleine expulsion de ses gamètes sur un récif de Guadeloupe en septembre 2015.

Une ponte soumise à de multiples paramètres

Si la période annuelle de ponte des coraux est désormais mieux connue, bien que perfectible, de nombreux paramètres vont influencer l'expulsion des cellules reproductrices. En effet, il faut que la température de surface de l'océan augmente rapidement, ce qui peut varier d'une année à l'autre, mais aussi que les massifs coralliens soient en bon état de santé. Et c'est là que le bât blesse. Dans la Caraïbe, les études scientifiques ont démontré que 50 à 85% des espèces coralliennes, selon les sites, sont aujourd'hui dégradées ou décimées. Le nombre de colonies en état de se reproduire a donc drastiquement diminué ces 20 dernières années. Enfin, les nuits de ponte, différents facteurs peuvent limiter ou empêcher la reproduction des coraux. Un temps très nuageux, limitant l'éclairage de l'astre lunaire, une mer agitée ou tempêtueuse, de forts épisodes de pluie sont, par exemple, incriminés.


Magazine préservation océan, Blog voyage et photo, Photographe sous marin martinique, guadeloupe, antilles, caraibes, Banque d'images poissons tropicaux, préservation coraux, espèces coralliennes, reportages caraibes, journaliste environnement, reproduction coraux, maladie coraux, morts coraux
Ces coraux Cornes d'Elan sont totalement morts, ne reste que leur squelette calcaire recouverts par des algues.

La magie des nuits de ponte

Quand tous les facteurs sont réunis et les planètes parfaitement alignées, les plongeurs sous-marins immergés pour l'occasion vivent alors un spectacle hors du commun. Imaginez une eau noire, éclairée uniquement par le faisceau de votre lampe sous-marine, quelques poissons cherchant le sommeil dans une anfractuosité rocheuse, des gorgonocéphales qui se déploient après la longue torpeur diurne pour enfin s'alimenter et des coraux qui semblent endormis. A y regarder de plus près, pourtant, leur bouche se dilate doucement et de petites perles roses ou jaunes apparaissent… Elles restent encore nichées dans leur abri protecteur, mais le zooplancton, les vers marins et de nombreux poissons s'agitent désormais autour des massifs coralliens. Eux aussi savent que la ponte est proche et que leur grand festin annuel va bientôt débuter. Puis, d'un coup, dans une parfaite synchronicité, comme seule Dame Nature sait faire, des milliers d'œufs sont expulsés au même instant !

La précieuse semence des coraux s'élève alors dans la colonne d'eau et, au gré des courants et des vagues, va se disperser aux quatre coins de l'océan. Si vous n'avez jamais assisté à un tel évènement, je vous invite à vous rapprocher d'un club de plongée, c'est un moment inoubliable !


Magazine préservation océan, Blog voyage et photo, Photographe sous marin martinique, guadeloupe, antilles, caraibes, Banque d'images poissons tropicaux, préservation coraux, espèces coralliennes, reportages caraibes, journaliste environnement, ponte coraux, reproduction coraux
La bouche des coraux se dilate quelques minutes avant la ponte laissant apparaître les œufs.

Beaucoup d'appelés mais peu d'élus

Si chaque colonie corallienne peut expulser des milliers, voire des millions d'œufs, ils seront au final peu nombreux à devenir un jour une nouvelle colonie. Car les prédateurs sont nombreux lors des nuits de ponte massive, dévorant en un instant des centaines d'œufs qui n'auront vécu que quelques minutes. Ensuite, il faut encore que les spermatozoïdes et les ovules des espèces gonochoriques se rencontrent et se fécondent. Que les gamètes (les cellules reproductrices mâles et femelles) des espèces hermaphrodites se croisent pour entamer elles aussi leur processus de fécondation. De là naitra une fragile larve planula qui voyagera quelques heures à quelques jours dans les courants marins avant de chercher ardemment un espace sur le fond pour se fixer. Mais là encore, rien n'est gagné, notre minuscule larve n'a pas toujours la chance de tomber sur un substrat adéquat. Sur un fonds sableux ou vaseux, elle ne se fixera pas, elle est exigeante, elle cherche des rochers, des eaux peu agitées et déteste les zones polluées. Alors, après ce long et périlleux périple, quelques centaines de planulas parmi des milliers parviendront à se fixer et formeront en quelques semaines un premier polype. Le tout début d'une nouvelle colonie corallienne qui, elle aussi, devra affronter bien des tourments pour espérer devenir, un jour, un corail capable de se reproduire.


Magazine préservation océan, Blog voyage et photo, Photographe sous marin martinique, guadeloupe, antilles, caraibes, Banque d'images poissons tropicaux, préservation coraux, espèces coralliennes, reportages caraibes, journaliste environnement, reproduction des coraux, planula, polype primaire
Après son long périple marin, la planula s'est fixée pour former un polype primaire. Il donnera naissance à une nouvelle colonie corallienne.

Des pontes de coraux dès la semaine prochaine

La semaine qui suit la pleine lune d'août marque le début d'une intense activité de reproduction pour les coraux de la Caraïbe.

Vous trouverez ci-dessous le calendrier prévisionnel des pontes de coraux édité par la station de recherche marine Carmabi basée à Curaçao.

Attention, les horaires indiqués sont valables pour le sud de la Caraïbe, pour les autres îles, il faut réajuster les horaires par rapport à l'heure du coucher du soleil.

M.A


Magazine préservation océan, Blog voyage et photo, Photographe sous marin martinique, guadeloupe, antilles, caraibes, Banque d'images poissons tropicaux, préservation coraux, espèces coralliennes, reportages caraibes, calendrier des pontes de coraux 2022, carmabi
Calendrier prévisionnel des pontes coralliennes édité par Carmabi.

bottom of page