top of page
  • Photo du rédacteurCORAIBES BLOG

De la France à Saint-Domingue : 1000 actions pour protéger l'environnement

Irène Crampes partage sa vie entre Antibes et la République Dominicaine dont elle est tombée amoureuse lors d’un voyage. Depuis, elle s’attache à sensibiliser les enfants à la préservation de l’environnement et à tisser des liens entre ces deux destinations. Une femme engagée qui ne ménage pas sa peine et tente de faire évoluer le rapport de l’homme à la nature.


préservation environnement baie de Sosua, protection environnement république Dominicaine, 1000 kids for sustainable change, Fundacion Ecologica Magua, magazine préservation océan, restauration corallienne
Irène Crampes et Manuel Alejandro Rodríguez Redondo travaillent ensemble à la préservation de l'environnement de la baie de Sosua.

C’est en 2017 qu’Irène Crampes découvre Saint-Domingue lors d’un voyage dans la Caraïbe. Des vacances qui s’annonçaient plus que classiques, entre farniente, bains dans la mer turquoise et balades sur des plages au sable blanc. Le tout dans un magnifique hôtel all inclusive situé au bord du lagon. Mais c’était sans compter la bougeotte de cette mère de famille. De l’hôtel justement, elle s’éloigne un peu plus chaque jour pour partir visiter l’île hors des sentiers touristiques et, plus que tout, rencontrer ses habitants. « Je quittais chaque matin ce paradis préservé du resort pour découvrir les autres facettes de ce pays. Et ce fut un choc. Une nature superbe, certes, mais de nombreuses pollutions, des déchets partout, et une très faible prise en compte de l’environnement », se souvient Irène. À son retour, elle décide de s’investir pour cette île lointaine et recherche un partenaire local. Très vite, elle entre en contact avec Manuel, de la Fundacion Ecologica Magua, qui s’implique pour la conservation de la baie de Sosúa, sur la côte nord de l’île. Un projet naît de cette rencontre et dans la foulée, Irène crée sa propre association « 1000 kids for sustainable change » afin de collecter des fonds et de bénéficier d’une structure juridique. Les deux passionnés s'allient alors dans l’objectif de mettre en place des programmes de sensibilisation des enfants et de lutter ensemble contre la prolifération des déchets.


Replanter des palétuviers et faire changer les comportements

préservation environnement baie de Sosua, protection environnement république Dominicaine, 1000 kids for sustainable change, Fundacion Ecologica Magua, magazine préservation océan, replantation de palétuviers
Les abords de la rivière ont été replantés de nombreux palétuviers par les enfants de la commune.

Depuis 3 ans, les deux associations n’ont pas chômé et largement développé leurs champs d’action. Elles ont ainsi débuté la restauration de la mangrove de Sosúa qui avait été en partie détruite pour la construction d’un quartier. Après une première plantation réalisée par la mairie, Irène et son équipe ont entrepris un vaste travail de revégétalisation de la zone avec des espèces natives et endémiques plus à même de recréer la forêt originelle. Un jardin botanique et pédagogique a vu le jour dans la foulée et il permettra à terme de créer des emplois de guides naturalistes pour faire découvrir les espèces végétales et animales. Des balades en kayak le long de la rivière seront également disponibles prochainement sur ce site qui renaît peu à peu de ses cendres. Mais dans cette zone, les ondées tropicales drainent régulièrement quantité de déchets plastiques qui terminent dans la mangrove. Les bénévoles des deux associations ont alors eu l’idée d’installer un boudin et un filet qui retiennent les retiennent et préservent ainsi la mangrove. Si la situation s’est améliorée, lors des épisodes de pluies intenses, le filet est vite débordé et les détritus s’échappent. Irène a donc initié un programme d’information pour les habitants des quartiers localisés en amont. « Nous les sensibilisons à la gestion de leurs déchets et, en parallèle, œuvrons avec les autorités pour que des poubelles soient mises en place ». La Française séjourne plusieurs mois par an en République Dominicaine pour continuer son travail de fourmi. Aujourd’hui, grâce à son espagnol courant, elle n’hésite plus à aller plaider la cause de l’environnement auprès des responsables politiques. Et Irène Crampes parvient à faire bouger les choses ! « Le fait que je sois une femme, de surcroît étrangère, mais bien intégrée dans la communauté locale, est en fait une force. Je suis écoutée, mes idées souvent reprises et c’est une belle victoire ».


Côté mer, un engagement sans faille

préservation environnement baie de Sosua, protection environnement république Dominicaine, 1000 kids for sustainable change, Fundacion Ecologica Magua, magazine préservation océan, restauration corallienne
Sous l'eau, un vaste programme de restauration des coraux est en cours.

Les récifs coralliens de Sosúa sont, comme dans toute la Caraïbe, menacés par les activités humaines et périclitent d’année en année. La surpêche a également entraîné un bouleversement des écosystèmes et rompu le fragile équilibre de la chaîne alimentaire. Irène Crampes et son relais local, la Fundacion Ecologica Magua, se sont alors penchés sur la fabrication de structures de culture de coraux. Ils y fixent des boutures de madrépores qui, quelques mois plus tard, sont implantés sur des récifs dégradés. Ils participent également à la réintroduction des oursins diadèmes, ces échinodermes aux longues épines qui jouent un rôle majeur dans l’écosystème corallien. En effet, ces herbivores nettoient le fond des mers des algues nocives pour les coraux et contribuent ainsi à l’équilibre des lagons. Enfin, Irène et ses amis Dominicains installent des nurseries de poissons inspirées de la complexité structurelle du récif, dans lesquelles s'installent et se développent spontanément les alevins de nombreuses espèces. Une manière de régénérer la ressource halieutique et de préserver l’équilibre du lagon.


À Antibes, des ateliers pour les écoles

préservation environnement baie de Sosua, protection environnement république Dominicaine, 1000 kids for sustainable change, Fundacion Ecologica Magua, magazine préservation océan, restauration corallienne
Irène Crampes intervient dans de nombreuses écoles pour sensibiliser encore et toujours les enfants.

Quand elle n’est pas en République Dominicaine, Irène Crampes s’investit dans les écoles de sa région. Mais le lien avec son île de cœur n’est jamais loin. Avec son programme « Adopte un corail », elle permet aux enfants d’Antibes de découvrir le monde sous-marin tropical et de participer à la redynamisation des récifs de Saint-Domingue. Entre ateliers de sensibilisation dans les écoles et collectes de dons, elle assure ainsi la continuité de ses actions caribéennes. Mais elle va plus loin en proposant dans les établissements scolaires le programme Terracycle. Il consiste à recueillir dans les écoles les stylos en fin de vie en vue de leur recyclage. Pour chaque outil d’écriture récolté, l’association 1000 kids for sustainable change récolte ainsi des fonds qui servent alors aux projets de cette jeune association bien dynamique. Malgré tout, Irène Crampes et son partenaire Dominicain aimeraient passer à la vitesse supérieure. Et comme toujours dans ces projets portés par des passionnés du monde associatif, ce sont les financements qui manquent. Alors la petite Française des îles s’emploie, sur le peu de temps libre qui lui reste, à rechercher des fonds et des mécènes.

Mariane Aimar


Instagram :


bottom of page