top of page
  • Photo du rédacteurCORAIBES BLOG

Jouer les Robinsons à Petite Terre

Une journée à jouer les Robinsons ? Destination Petite Terre, deux îlets au large de la Guadeloupe classés en réserve naturelle. Un cadre paradisiaque en temps de vacances.



Imaginez deux petits îlets ourlés de sable blanc, des cocotiers et des plages à perte de vue baignant dans des eaux translucides et turquoises. Un phare y fut érigé en 1840, quelques agriculteurs s’y installèrent pour cultiver le coton et le manioc puis, en 1972, le gardien du phare et les derniers habitants quittèrent l’île. Au fil des années, plaisanciers et pêcheurs y firent escale, les premiers pour profiter de cette nature à l’état pur, les seconds pour remplir leurs filets. En 1994, le Conservatoire du Littoral acquiert la partie centrale des deux îlets puis, quatre ans plus tard, la Réserve Naturelle est créée et sa gestion confiée à l’Office National des Forêts. Pêche, chasse, camping y sont désormais interdits et les activités commerciales rigoureusement encadrées. Cela a permis en quelques années de voir réapparaître des animaux qui se faisaient plus rares et il est désormais fréquent de croiser dauphins, tortues et raies dans le lagon de la réserve.


Randonnée terrestre et sous-marine



Que faire à Petite Terre le temps d’une journée ? Profiter de la traversée, déjà, qui permet régulièrement d’observer des baleines à bosse durant leur saison de migration (de février à juin). Toute l’année, les dauphins peuvent aussi croiser le sillage de votre bateau et offrir un spectacle apprécié de tous. Une fois à terre, farniente pour les amateurs, qui pourront poser leur serviette à l’ombre de la cocoteraie. Mais il serait dommage d’en rester là tant l’île réserve de surprises ! Une petite randonnée jusqu’au phare permet de découvrir la végétation du site et, grâce à des panneaux installés par les gestionnaires de la réserve, d’en apprendre plus les animaux qui peuplent l’île. Ici les iguanes sont rois et au détour du chemin, vous ne manquerez pas d’en rencontrer ! Mais les plus nombreux sur l’île sont sans conteste les Bernard-l’ermite. Devenus la mascotte de la réserve, ces crustacés terrestres grouillent sous la végétation basse, déplaçant leur coquille au gré de leurs envies.

Les oiseaux ont également élu domicile sur les îlets avec pas moins de 145 espèces observées à ce jour. L’huîtrier d’Amérique et la Petite Sterne sont les deux espèces emblématiques de Petite Terre.

Mais venir à Petite Terre sans enfiler un masque serait regrettable. Les fonds marins y sont riches, occasionnant parfois des rencontres surprenantes. Il n’est pas rare de croiser une tortue peu farouche, une raie imposante et de nombreux poissons multicolores. Et en marchant le long de la plage, le long des petits lagons, vous rencontrerez certainement de petits requins citron ! À observer sans vous approcher, ces animaux étant bien évidemment sauvages !


Le comptage et le suivi des iguanes

L'iguane des Petites Antilles (Iguana délicatissima), espèce endémique des petites Antilles, joue un rôle important dans l'écosystème de Petite Terre : l'effectif de la réserve représente environ un tiers de la population mondiale. Afin d'améliorer la connaissance de cette espèce, de la conserver et de la protéger, de nombreuses missions scientifiques se déroulent régulièrement sur place.



Préserver à tout prix le Gaïac

Le Gaïac, arbre dont le bois est parmi les plus denses des bois tropicaux, est très recherché pour ses propriétés. Il a pratiquement disparu dans les Petites Antilles et il est protégé dans tout l'archipel de la Guadeloupe. À Petite Terre, on note la présence de quelques arbres adultes mais aucun arbrisseau ne sort désormais de terre. Les scientifiques cherchent donc à savoir pourquoi.


Le suivi des pontes des tortues marines

Chaque année de mars à novembre, les tortues vertes (Chelonia mydas) et les tortues imbriquées (Eretmochelys imbricata) viennent pondre sur les plages de la réserve. Chaque année dès avril, les gardes recensent sur les deux îlets l'activité de ponte et, à partir de juillet, des suivis nocturnes y sont réalisés.


Petite Terre, des règles à respecter

Afin de respecter le fragile équilibre naturel de la réserve, il existe des règles à respecter de tous :

  • l’ancrage des bateaux est interdit, seul le mouillage est autorisé

  • en randonnée sous-marine, attention de ne pas abîmer les coraux avec les palmes, ils sont fragiles !

  • tortues, raies, requins, ces animaux sont sauvages : admirez-les sans les toucher ni les nourrir

  • les poissons lion, le corail de feu, les raies présentent des dangers pour l’homme, ne vous en approchez pas !

  • lors des suivis scientifiques, restez discrets, ne dérangez pas les équipes qui ont souvent besoin de travailler sans bruit et ne touchez pas au matériel installé sur les plages ou sous l’eau


Mariane Godoc

bottom of page